Cafougnette !

Publié le par Marge

[14:52]

Aujourd'hui, amusons-nous un peu et découvrons le personnage de Cafougnette :

Mais avant tout, un peu d'histoire...

Cafougnette est un personnage né de l'imagination du poéte-mineur Jules Mousseron, né à Denain en 1868 et décédé en 1943.

Cafougnette apparaît pour la première fois en 1899 dans une chansons intitulée "L'mariache à chabots", puis dans un monologue "Cafougnette à Paris". Dans plus de 300 poèmes publiés, notre héros est mis en scène environ 60 fois. Ce personnage connaît une renommée immense car le poète a donné en 40 ans, plus de 1000 représentations publiques dans le Bassin minier, à une époque où nos anciens avaient peu de distractions.

Nos grands-pères ont adopté ce héros-mineur et lui ont ensuite attribué dans la tradition orale, toutes les histoires qui se colportaient d'une fosse à l'autre, d'un coron à une cité ouvrière. Ces aventures étaient racontées au moment du briquet, au fond de la mine, à l'estaminet ou au coin du pignon après une journée de travail. Cafougnette en est le héros, tantôt bavard, naïf, vantard, astucieux ou innocent, confronté aux problèmes de tous les jours, à la mine, dans son ménage, chez son médecin, au café, à l'école...

Il appartient désormais au folklore régional et devient la vedette de toutes ces histoires pour rire que l'on appelle des "cafougnettes".

Voici une bien jolie phrase du poète Jules Mousseron :

J'ai fort quièr el français, ch'est l' pu joli langache, Comm' j'aime el biau vêt'mint qué j' mets dins les honneurs. Mais j' préfèr' min patois, musiqu' dé m' premier âche, Qui, chaqu' jour, fait canter chu qu'a busié min cœur. L' patois s'apprind tout seul, et l' français, à l'école. L'un vient in liberté, l'autr' s'intass' comme un rôle.

Jules Mousseron

Et enfin, une cafougnette comme on les aime :

Cafougnette se plaint à son voisin :

-L'aute coup, j'rinte à m'mason un tiot peu pus d'bonne heure ! Quo que j'vos? Em'femme all'étot couchée avec un homme ! Acoute ! Min sang n'a fait q'un tour ! Si in  n'mavot point artenu, j'li auros fait faire tros tours dins ses bottines, j'l'auros ébranqué ! S'panche all' aurot été épautrée !! Aurot passé un sale quart d'heure, si in n'm'avot point arténu !

- "Mais qui ch'est qui t'a arténu?" demande le voisin.

- "Li !!"

(Pour tout bien comprinte : Epautrer = déchirer la peau, éventrer -  Asniquer = assommer)

  Et pour terminer, voici une phrase à méditer : I vaut miux rire equ'braire, el grimace all' est pus belle !

Publié dans T'es d'min cuin ti

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Julie 21/01/2007 18:23

j aime bcp ce blog...